Zoupitizoup

Ancrage et attitude positive

Commençons par le début… La base de la base, quand il s’agit d’échanger avec les parents, c’est de commencer par prendre soin de sa posture : de son ancrage, et de son attitude.

Soigner l’ancrage

Le fait d’avoir une posture ancrée vous permet d’être disponible de façon neutre et puissante pour les parents avec qui vous communiquez. Dans son livre La posture juste (p. 59), Thierry Janssen nous donne les clés pour accéder à cet ancrage en quelques secondes.

Lors d’une plonge silencieuse de courte durée, je veille à avoir un bon ancrage (que certains préfèrent appeler “enracinement”). Cela me demande de prendre conscience de mes pieds, des mes jambes, de mes cuisses, en portant une attention particulière à mes genoux (que je garde déverrouillés, c’est-à-dire légèrement fléchis), et de relâcher le périnée (cette zone du corps située entre le vagin et l’anus chez la femme et entre les bourses et l’anus chez l’homme), tout en me redressant afin de bien aligner ma colonne vertébrale.

Prendre le temps de respirer profondément et de vous centrer avant d’entamer le dialogue peut faire des miracles pour la gestion de l’échange.

Un objectif commun

Autre prérequis pour être disponible de façon positive pour les parents, il est important de se rappeler que nous partageons un objectif commun : le bien-être de leur enfant. Quel que soit le contenu de la conversation que nous allons partager, le but sera que l’enfant concerné soit entouré de la meilleure façon. Se rappeler que nous faisons équipe aidera donc à aborder les choses de façon constructive.

Et vous ?

  • Comment vous sentez-vous physiquement lorsque vous êtes en contact avec les parents ?
  • Quelle position adoptez-vous naturellement lorsque vous les accueillez ?
  • Quel changement avez-vous envie de tester ?

Pour aller plus loin